Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 23:52

 

Avez-vous déjà remarquez comme

Sagesse et tristesse 

Rime dans la détresse ?

(non, moi non plus une réflexion qui subitement apparaît)

 

 

Connaissez-vous le roi Pacôme ?

(Non, moi non plus, j'invente l'histoire au fur et à mesure)

 

Jamais il ne s'asseyait sur son trône

Il préféré s'asseoir au bord du Rhône.

Il ne pouvait connaître son royaume

Ni le village aux toits de chaume.

 

Il restait là assis à contempler

Et parfois il chantait.

Ses administrateurs fort courtois

Changeaient ces paroles en lois.

Il fallait bien que le roi soit.

 

Dans le village, la famine courrait

Une armé de rats avait tout ravagé.


Les villageois excédés voulurent voir leur roi,

Lui exposèrent le problème de toute bonne foi.

 

"Asseyez-vous villageois

Rangez votre colère dans vos carquois

Et écoutez le chant du vent

Qui apaise tous les ressentiments !"

 

Obéissant, ils s'asseyèrent et écoutèrent.

On aurai pu voir leurs âmes s'envolaient,

Plus de courroux, plus de colère

Ils étaient là, comme hypnotisés.

 

Mais au village, le drame persistait,

Femmes et enfants étaient restés, là, désarmés.

On n'en pouvait plus d'attendre les hommes disparus.

 

La panique vite se propageait dans les coeurs affolés.


Un enfant qu'on disait de la rue

Observait de tous côtés, il ne comprenait pas ce qu'il se passait.

 

Il ne possédait rien, juste un pipeau à sa main,

Il jouait pour quelques sous qui l'emmenait vers demain,

Il connaissait bien ces rats, ils étaient presque copains.

Le soir venu, il leur jouait une douce mélodie

Qui les accompagnait dans leur nuit.

 

Jamais, ils ne les avait vu se comporter ainsi,

Jamais il ne les avait vu se propager si vite.

 

Un instant songeur, il hésite :

Et si il allait retrouver les hommes du village ?

 

Qu'avait il donc à perdre pour ainsi hésiter ?

Sitôt penser, sitôt il partait.

 

Les hommes avaient laisser des traces de leur passage

L'enfant les suivit de paysages en paysage.

 

A la sorti de la forêt, il vit le Rhône, brillant de mille éclats

Il vit le roi, assis, appartenant presque à cette nature,

Il vit les villageois, cela lui sembla de bonne augure.

Mais il lui semblait qu'ici la vie n'était pas,

Il lui semblait qu'ici rien ne bougeait au vent.

 

Il s'approcha le pas tout tremblant.


"Assied toi bel enfant et écoute le chant du vent !

Laisse le caresser tes cheveux d'argent !"


L'enfant ne s'assit pas malgré l'ordre chantant.

Et le roi continua de chanter


"Malgré le monde

Et bien au delà des ondes

Seul l'enfant de la liberté

Saura s'adosser à l'arbre plié"

 

L'enfant ne comprenait pas, mais la voix le charma

Il pris son pipeau et le roi accompagna.

 

Le vent fît chanter ses cheveux emmêlés,

Le vent fît courber l'arbre enchanté,

Le vent fît tourbillonner l'eau assoiffée.


Un cri sortit du fond des marées

Une ombre apparut terrifiée

Un rat géant sorti du fleuve étincelant.

 

L'enfant jouer toujours sans peur ,

L'enfant jouer toujours de tout son coeur.

 

Le roi chanter toujours lui aussi


"Du fond de sa mélodie

L'enfant triomphera de son combat

Du fond de son coeur

L'enfant sait qu'il n'a pas de rancoeur.

 

Si le fleuve est ensorcelé

L'enfant sait"


La bête continuait encore de hurler.

 

Elle réveilla les villageois  de ces cris terrifiées.

Ils voulurent la tué sans pitié

Mais le roi chantait

 

"Nul ne peut battre ce maléfice

Laissez faire l'enfant du calice

Lui seul sait.

 

Joue bel enfant

De ton pipeau troublant

Joue encore et encore

Pour que demain ne soit pas mort"

 

 

Plus les cris s'intensifiaient, plus la bête diminuait

De plus en plus petite elle se faisait

Jusqu'à devenir un rat, tout petit

Se réfugiant près de l'enfant  quand de l'eau il sorti.

 

Et dans le village, les rats sortirent de toute part

Pour se fondre dans la forêts se cachant de tout regard.

 

Le ciel gris venait de s'illuminer

Et dans les champs, le blé chantait.

 

L'enfant et le rat, ne se quittèrent plus jamais

Ce fût le début d'une belle amitié.

 

Et dans tout cela, le roi Pacôme ?

Il fini enfin, par conquérir son doux royaume.

 

Et maintenant, vous pouvez me dire le rapport entre le début et la fin ????

Moi, je ne vois pas !!!!

Mais j'y reviendrai sûrement !!!!!

Mais maintenant que c'est fini,

Cela me fait penser à une musique, 

cela pourrait être le début de ceci :

 

 

 

Bon perso, je préfère ma fin à moi !!!!

Plus jolie pour une fin.

Mais j'aime cette chanson quand même !!!!

 

Il me reste juste à vous envoyer

de gros

 

signature 1


 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by harmonie - dans Bonne humeur
commenter cet article

commentaires

mamalilou 17/02/2012 19:15


héhé, génial.. merci pour ce petit tour de manège


et j'aimais bien moi le petit joueur de fluteau qui menait la musique au chateau... mais c'était Brassens...


doux bisous

fransua 17/02/2012 18:49


c'estvrai que les 2 premiers vers sont à part de ton conte sympa sauf que l'enfant est empli de sagesse et que la tristesse et la détresse sont présentes dans l'histoire, tu as une belle
imagination, je suis sure que les enfants adoreraient ton histoire


 

harmonie 18/02/2012 00:42



Je ne l'ai même pas lu à mon fils de dix !!!


Oupsss !!! Mère indigne, je vais me rattraper.


 


Bisous Fransua



Jeanne Fadosi 17/02/2012 17:22


Ca t'est venu comme ça au fur et à mesure ? J'ai lu en diagonale car le soir descend et je dois aller chercher une ... flûte ... de pain.


à tout à l'heure bises

harmonie 17/02/2012 23:07



Oui comme ça d'un coup, mes écrits sont tous d'un premier jet.


Mais les écrits longs, c'est un peu nouveau pour moi !!!


 


gros bisous Jeanne



jacques87220 17/02/2012 13:59


Bonjour Harmonie


En tous cas c'est tres bien ecrit bravo a toi


Je t'embrasse pour ton week end


Jacques

harmonie 17/02/2012 23:54



Gros bisous Jacques.



jill-bill.over-blog.com 17/02/2012 12:27


Un roi absent de son royaume qui lui préfère les bords du Rhône et le chant du vent c'est pour courant !  Brave gamin qui sauve le village... et un roi qui retrouve sa place !  Le
rapport entre le début et la fin, ben l'histoire se tient non.... Ne pose pas tant de question écrit comme tu aimes et pis c'est tout !  Bisous à toi

harmonie 17/02/2012 23:43



Oh que oui, j'écris comme ça vient !!!!


Je me suis demandée si je ne devais pas retirer le début tant, ça me paraissait à côté de la suite.


 


Mais commencer mon texte par "connaissez vous l'histoire du roi Pacôme"Ca m'a fait bof dans ma tête, alors, je n'ai rien retouché !!!!


 


Et puis finaleent en réfléchissant entre ce début et la suite, je pense qu'un autre article sera à suivre !!!


Une belle réflexion à venir !!!


Peut être...


 


Gros bisous Jill



Présentation

  • : Harmonie
  • Harmonie
  • : Une ombre de moi même.
  • Contact

 

 

Parce que derrière les nuages

Le ciel est toujours bleu.

 

Mais pas que...

 

Derrière les beaux paysages

Se cache aussi la vie.

 

Je veux qu'elle transpire ici !

 


Recherche